illustration

Julien

Comment êtes-vous devenu concepteur de luminaire ?

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours été un créatif. Je dessine, j’écris, je travaille le bois et le métal… Il y a dix ans, j’ai réalisé une lampe à la demande d’un ami. Ca a été une vraie découverte, un vrai plaisir !  Depuis lors je n’ai cessé de créer des luminaires.
Comme j’ai la chance d’avoir une formation plutôt technique,  je réalise tout moi-même : la conception électronique, la partie électrique ainsi que le design, la décoration…  J’ai toujours en tête de nouvelles créations… Parfois je me réveille la nuit et je ne peux pas me rendormir si je n’ai pas jeté mes idées sur un papier !

Etes-vous un artiste ou un artisan ?

Et bien, un peu des deux je crois ! Ce que j’aime dans le terme « artisan » c’est que ce n’est pas prétentieux. C’est important d’être créatif mais il faut aussi savoir travailler avec ses mains et s’adapter aux contraintes ! Mon côté artisan, c’est la grande attention que je prête aux finitions, aux questions pratiques …

Comment travaillez-vous avec vos clients ?

Je cherche tout d’abord à comprendre quels sont ses goûts : quelles formes apprécie-t-il particulièrement ? Quel style ? Il faut aussi connaître la pièce concernée : s’agit-il d’un salon ?  d’une cuisine ? Si c’est envisageable, je me rends sur place pour évaluer les contraintes et les opportunités du lieu. J’écoute, je propose, pour que le luminaire soit vraiment pensé en fonction de la pièce dans lequel il s’insère.
Les matériaux, les ampoules et tous les détails, sont bien sûr aussi discutés.

Y a-t-il une œuvre que vous aimez particulièrement ?

J’ai une grande affection pour Mirror 3. Cette suspension,  c’est la lumière apprivoisée ! Son jeu de miroirs la rend en même temps discrète et totalement indispensable. Cela dit, ma préférence va toujours à la lampe que je suis en train de réaliser. Ca ne peut pas être autrement car j’y mets le meilleur de moi-même !